Le mot du Président

Ce lundi 6 janvier marque la remise en marche de l’économie française car cela ne vous a pas échappé la trêve des confiseurs prend de plus en plus d’importance.

 

Cette reprise va se faire dans des conditions que je qualifierai de « bizarre ».
 

En effet le conflit social sur fond de retraites engagé par les syndicats ouvriers « durs » cache en fait bien d’autres maux de notre société moderne.
 

  1. la lutte pour le pouvoir qu’ont entamées les organisations syndicales et que nous subissons actuellement de plein fouet. 2020 est en effet une année d’élection professionnelle et la CGT voudrait reprendre sa première place à la CFDT(ne serais ce pas là le véritable enjeu du conflit de la réforme des retraites?)

  2. un mal être des Français quel que soit leur niveau social, ce mal être a été cristallisé par le mouvement des gilets jaunes en 2018 et se poursuit actuellement avec le conflit sur la réforme des retraites.

  3. une inégalité de traitement entre les catégories et dans ce domaine les sujets sont nombreux. Inégalité entre les catégories sociales, inégalité entre les régions, inégalité entre les entreprises en fonction de leur taille, inégalité de traitement entre le privé et le public, …Ce qui se traduit par une frustration permanente et une perte d’optimisme.

  4. l’accélération des processus, la diminution des temps de réaction, la volonté que tout soit instantané, tout cela est engendré par la révolution numérique qui nous touche tous et pour laquelle nous n’en mesurons pas vraiment les limites.

  5. la perte de sens et au fil des décennies une disparition de la notion de devoir au profit de la notion de droit.

 

Nous, chefs d’entreprises patrimoniaux sommes des acteurs majeurs dans l’évolution de notre société mais sommes souvent des spectateurs impuissants dans les conséquences d’un conflit comme celui qui sévit actuellement.

 

Pourtant notre optimisme, notre combativité, notre talent sont toujours présents en nous, notre envie d’entreprendre reste intacte malgré toutes les attaques que nous subissons.

Parmi ces attaques, je n’en citerai que quelques-unes :

  • Le manque de discernement entre les entreprises patrimoniales que nous représentons et les grandes entreprises. On nous demande de mettre en place un accord d’intéressement pour pouvoir donner une prime défiscalisée à nos salariés.

  • Une réglementation toujours plus contraignante et nécessitant sans cesse la mise en place de nouveaux moyens comme le CSE qui doit être en place au 1 janvier 2020.

  • Le non-respect de la liberté de travail, les grèves de décembre nous ont littéralement pris en otage et dégradant considérablement les résultats des entreprises.

  • La difficulté de recrutement alors que 3,6 millions de personnes sont sans emploi et pourtant nous allons devoir payer une taxe sur les CDD « courts » qui sont pourtant la voie d’entrée dans le monde du travail.

  • La difficulté de financement des entreprises malgré les annonces qui sont régulièrement faites par les banques. Le financement de l’immatériel reste un trou noir.

Je pourrais en aligner encore beaucoup mais ce n’est pas le sujet, le vrai sujet est et reste notre importance cruciale au coeur du système.
 

Nos entreprises sont les poumons de l’économie et par la même occasion de l’éco système social.
 

Nous pouvons être fiers de nous, de nos valeurs, du dialogue social qui se pratique naturellement dans nos entreprises depuis toujours, de cette belle énergie qui fait encore rêvée beaucoup de nouveaux entrepreneurs.

 

Plus que jamais la nécessité d’être représenté et d’être défendu est une évidence. Il nous faut en 2020 porter ce message et faire de la CPME le premier syndicat patronal à dimension humaine.

Je vous souhaite et je nous souhaite le meilleurs pour cette nouvelle année et je sais que nous saurons le construire chacun dans nos entreprises mais surtout tous ensemble;

Didier MOINEREAU

Président CPME Essonne

Bienvenue à la CPME 91 !

Didier Moinereau

"Nous sommes à une période charnière de l’économie enclenchée d’une part par la révolution numérique et d’autre part par les réformes structurelles menées par l’état Français.

 

Je suis fermement ancré dans le dialogue constructif pour peu qu’il permette de faire évoluer dans le bon sens la gestion des régimes sociaux, la baisse de la fiscalité et la simplification administrative. Je me suis engagé dans ce sens en participant aux négociations.

 

À ce jour, même si la direction prise est plutôt favorable aux entreprises, on est loin de la simplification et des baisses attendues en termes de charges.

 

La CPME représente principalement les entreprises Patrimoniales, celles où l’entrepreneur assume les risques et les conséquences de ses actes y compris sur ses biens propres.

 

Pour booster l’économie et l’emploi, il faut encourager la prise de risque et non la sanctionner.

 

La CPME est la deuxième organisation patronale de France et sa vocation est d’agir sur l’environnement de l’entreprise pour créer un terrain favorable à son développement.

 

Nous sommes les facilitateurs du quotidien des entrepreneurs en étant les interlocuteurs privilégiés auprès des instances administratives.

 

Nous avons besoin de vous pour faire avancer les différents sujets sur lesquels nous travaillons et qui demain vous serviront.

 

Vous pouvez nous aider en renforçant les forces vives de la CPME 91 mais également en adhérant et ainsi nous donner les moyens de nos ambitions.

 

Je suis et resterais à votre écoute tout au long de mon mandat et ne manquerais pas de répondre à chacune de vos sollicitations.

 

Didier MOINEREAU

Président CPME Essonne

Le mot du Président de la CPME 91

"Mon mandat est placé sous le signe

de l’ouverture et du travail collaboratif.

 

Mon équipe est complètement mobilisée autour des projets et des objectifs que nous nous sommes fixés.

 

Parmi ces objectifs, le déploiement de la CPME dans les territoires par l’intermédiaire de nos ambassadeurs et de nos déjeuners « Tous à table » afin d’expliquer la nécessité d’avoir des organisations syndicales patronales fortes.

 

Mais aussi le renforcement des liens avec les autres organisations patronales et surtout avec les services de l’état et les élus de la république pour apporter au quotidien les réponses aux problèmes que rencontrent les chefs d’entreprises Essonniens.

 

Chacun de nous porte une charge de travail au sein de la CPME et ce dans un cadre de bénévolat.

 

Notre engagement est motivé par la volonté de défendre les intérêts des entrepreneurs et de voir leur statut reconnu à leur juste valeur.

 

Didier MOINEREAU

Président depuis le 15 mars 2017

CREATION RUBRIKC 2019 - MENTIONS LEGALES